Ça, messires - SATB Ça, messires - SATB

SATB

Éditions de l'Alliance

 Ça, messires est un chant de Noël traditionnel, ici présenté dans une harmonisation de J.-G. Turcotte.  Joseph-Gers Turcotte (1887-1975), après des études en droit, est ordonné prêtre en 1910. Il complète des études en chant sacré à Rome et devient maître de chapelle au Séminaire et à la Cathédrale de...
 Ça, messires est un chant de Noël traditionnel, ici présenté dans une harmonisation de J.-G. Turcotte.  Joseph-Gers Turcotte (1887-1975), après des études en droit, est ordonné prêtre en 1910. Il complète des études en chant sacré à Rome et devient maître de chapelle au Séminaire et à la Cathédrale de...
$ 10.00 CAD
Nombre de copies autorisées
-
+
$ 10.00 CAD

 Ça, messires est un chant de Noël traditionnel, ici présenté dans une harmonisation de J.-G. Turcotte.

 Joseph-Gers Turcotte (1887-1975), après des études en droit, est ordonné prêtre en 1910. Il complète des études en chant sacré à Rome et devient maître de chapelle au Séminaire et à la Cathédrale de Trois-Rivières. Il entretient une longue correspondance avec le pianiste Alfred Laliberté, dont il partage l'admiration pour le musicien russe Nicolas Medtner. Soutenu par Laliberté, l'abbé Turcotte est à l'origine (sous le pseudonyme de « Guido ») d'un débat acerbe contre Léo-Pol Morin et contre les tenants de la musique française, qui débute en juin et juillet 1938 avec l'approbation du directeur Jean-Charles Harvey dans le journal Le four et qui se termine dans Les Pamphlets de Valdombre, avec l'appui de Claude-Henri Grignon, en juillet de la même année.

---

Éditeur: Alliance des Chorales du Québec

Référence: EA-023
Formation: SATB
Paroles et musique: traditionnelles
Adaptation: P. Cadrin
Harmonisation: Abbé Joseph-Gers Turcotte
Nombre de pages: 2

 Ça, messires est un chant de Noël traditionnel, ici présenté dans une harmonisation de J.-G. Turcotte.

 Joseph-Gers Turcotte (1887-1975), après des études en droit, est ordonné prêtre en 1910. Il complète des études en chant sacré à Rome et devient maître de chapelle au Séminaire et à la Cathédrale de Trois-Rivières. Il entretient une longue correspondance avec le pianiste Alfred Laliberté, dont il partage l'admiration pour le musicien russe Nicolas Medtner. Soutenu par Laliberté, l'abbé Turcotte est à l'origine (sous le pseudonyme de « Guido ») d'un débat acerbe contre Léo-Pol Morin et contre les tenants de la musique française, qui débute en juin et juillet 1938 avec l'approbation du directeur Jean-Charles Harvey dans le journal Le four et qui se termine dans Les Pamphlets de Valdombre, avec l'appui de Claude-Henri Grignon, en juillet de la même année.

---

Éditeur: Alliance des Chorales du Québec

Référence: EA-023
Formation: SATB
Paroles et musique: traditionnelles
Adaptation: P. Cadrin
Harmonisation: Abbé Joseph-Gers Turcotte
Nombre de pages: 2

Produits vus récemment

Recently Viewed Products